Le marchand d’armes Russe Rosoboronexport présent au salon Eurosatory 2014 : qu’en disent les populations syriennes ?

 ASER (Action Sécurité Éthique Républicaines), s’est étonnée de la présence ostentatoire de Rosoboronexport à Eurosatory 2014, salon biennal de l’armement qui ferme ses portes, ce jour, à Villepinte (93). Le marchand d’armes russe est en effet un des principaux fournisseurs du régime de Bachard al Assad, responsable de crimes contre l’humanité, de crimes de guerre et de graves violations des droits de l’Homme contre la population syrienne. C’est ce que la commission des Droits de l’Homme, ainsi que les commissions d’enquête des Nations unies ont dénoncé depuis plus de 2 années[1], suivies en cela par de nombreux pays de la communauté internationale, dont la France elle-même. ASER ne peut s’empêcher de relever cette très cynique contradiction.

La récente ratification par la France du Traité international sur le commerce des armes (TCA)[2] aux Nations unies, aurait dû pourtant inciter le gouvernement français à une plus stricte vigilance quant à la participation à ce salon d’une telle entreprise, complice des crimes commis par Damas. Cela est d’autant plus préjudiciable pour l’image de la France qu’elle a été un des pays les plus actifs pour inscrire la question des droits de l’Homme au cœur de ce traité, à la rédaction duquel ASER, ONG accréditée aux Nations unies, a étroitement contribué.

ASER rappelle la publication prochaine du rapport sur les exportations d’armes par la France et sa présentation au parlement. ASER attend de ce rapport qu’il réponde enfin aux demandes, réitérées depuis de longues années, d’une description plus précise des matériels exportés, à l’instar de celle affichée dans le registre des Nations unies. Sur la base des descriptions antérieures, il était jusqu’ici impossible d’identifier les armes exportées, et donc d’en connaitre les éventuels usages pour de graves violations des droits de l’Homme et/ou du droit international humanitaire, dont le contrôle constitue la quintessence du TCA.

Pour d’autres articles sur ces questions, consulter le blog Armer Désarmer

Membre du Réseau d’Action International sur les Armes Légères (RAIAL), ASER (Action Sécurité Éthique Républicaines) lutte pour le respect des Droits de l’Homme dans les transferts d’armes, et dans l’exercice du maintien de l’ordre par les forces publiques. ASER est accréditée aux Nations unies.

 

[1] http://www.ohchr.org/EN/HRBodies/HRC/IICISyria/Pages/IndependentInternationalCommission.aspx

[2] Le TCA est présenté à la signature des Etats membres depuis le 3 juin 2013 au sein de l’Assemblée générale de l’ONU. A ce jour, il a rassemblé 118 signatures et 41 ratifications. Il en faut 50 pour son entrée en vigueur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *